Discours de l’Ambassadeur de France à l’occasion de la soirée de la Francophonie, 20 mars 2016.

Madame la Gouverneur Générale,

Monsieur le ministre ou représentants,

Mesdames et messieurs les ambassadeurs et représentants du corps diplomatique,

Honorable Derek Walcott,

Madame la représentante de la région Guyane,

Madame la déléguée de la collectivité territoriale de Martinique,

Madame la représentante de Sainte Lucie auprès de l’OIF,

Chaque année, nous nous retrouvons ici, à la résidence de France, pour célébrer la francophonie.

Chaque année, madame la Gouverneur Générale, vous nous faites l’honneur et l’amitié d’être parmi nous : je vous en remercie très sincèrement.

Je remercie aussi tout particulièrement cette année le Haut-Commissariat du Canada de La Barbade de nous avoir fait l’amitié de déléguer à cette soirée des représentants, et qui a contribué à la venue du spectacle que vous allez voir tout à l’heure.

Je salue aussi les pays membres de l’OIF qui ont une ambassade à Sainte Lucie, qu’ils soient membres à part entière comme le Maroc, ou observateur comme le Mexique. Nos drapeaux flottent aujourd’hui côte à côte, au même titre que celui du canada, notre hôte exceptionnel.

La langue française est la seule langue avec l’anglais, parlée sur les 5 continents. C’est la 3ème langue des affaires à l’échelon international, forte de 274 millions de locuteurs aujourd’hui et dont le nombre approchera les 700 millions en 2050.

Mais la francophonie, c’est aussi des valeurs touchant à l’humanisme, la générosité, la démocratie, le respect de la diversité des cultures, des religions et même des langues de chacun.

La francophonie, c’est tout à la fois une langue et une culture, la promotion de la paix, de la démocratie et des droits de l’homme, de l’éducation et de la formation professionnelle, du développement durable et d’une économie plus solidaire.

1/ S’agissant de la paix et des droits de l’homme, nombre de pays francophones et bien d‘autres ont été frappés de plein fouet, comme la France elle-même et par deux fois en 2015 au cœur de sa capitale, Paris. Ces violences ont mis en lumière combien était prioritaire la mobilisation de tous pour la lutte contre tous les extrémismes et contre toute forme de radicalisation qui affectent les jeunes en particulier : c’est un grand combat de l’OIF.

D’une manière générale, les actions de promotion des droits de l’homme et d’une bonne gouvernance sont un combat de tous les instants et constituent une ligne de force de la francophonie. La tolérance 0 en la matière doit en effet être la ligne de conduite, car toute dérive peut conduire aux phénomènes de radicalisation et aux abus de toutes sortes.

La route est longue à ce sujet pour encore un trop grand nombre de pays à travers le monde au sein desquels des pratiques d’un autre âge mettent en péril l’équilibre économique et social, le bon vivre ensemble : les inégalités de toutes sortes, la violence entre communautés, le non-respect de l’autre, l’absence de liberté d’expression, sont le vécu au quotidien de nombre d’hommes et de femmes de notre planète.

Fort heureusement, dans de grands nombre de pays, on a largement dépassé ce cadre et la démocratie est une réalité. C’est le cas aujourd’hui de la plupart des pays du continent américain, c’est bien entendu celui de sainte Lucie où la démocratie est une valeur essentielle, où les alternances politiques jouent à plein, où le respect de l’opposition par la majorité en place est une ligne de conduite constante, quel que soit le parti au pouvoir.

Mais une bonne gouvernance doit être entretenue en permanence afin que l’exécutif, le législatif et le judiciaire puissent fonctionner harmonieusement en se respectant mutuellement, tant dans l’intérêt des citoyens que pour l’image projetée à l’extérieur.

Or dans ce domaine, l’appui de pays membres de l’OIF ou même de pays amis partageant ses valeurs peut être précieux. Cela devrait, de mon point de vue, constituer une priorité. La France est prête en tous cas à agir et à aider Sainte-Lucie pour toute amélioration en la matière.

2 / Dans un autre domaine – celui du développement durable – la francophonie joue un rôle majeur en accompagnant la mise en œuvre des politiques nationales et régionales. Dans ce cadre, comment ne pas saluer le succès incontestable de la conférence de Paris sur le climat et le positionnement très remarqué des Etats de la caraïbe qui ont mené le combat pour un engagement de limitation maximale du réchauffement de la planète à 1, 5 ° ? Et c’est un ministre saint-lucien - James Fletcher - qui a conduit la négociation au nom de tous ces Etats.

Formons le vœu qu’un autre grand pays francophone – le Maroc – qui a la responsabilité d’organiser la prochaine conférence cette année à Marrakech puisse connaître le même succès. Je n’ai pas d’inquiétude à ce sujet, tant les initiatives de ce pays en matière de développement durable sont nombreuses et exemplaires.

3 /Autre sujet important pour sainte Lucie, l’apport de l’université des Antilles qui dispense une formation de grande qualité à très bas coût, pour autant que les étudiants puissent se prévaloir d’une connaissance de base en langue française. Le conseiller de coopération de cette ambassade suit cela avec une particulière attention, l’objectif étant d’augmenter l’accès d’étudiants Saint Luciens à l’université des Antilles

Dans un instant, nous allons nous réjouir du spectacle que vont nous présenter de sympathiques artistes de nos trois territoires voisins de Martinique et de Guadeloupe et de Guyane. Ils ont conçu ce spectacle spécialement pour cette fête annuelle de la francophonie. Nul doute que nous serons enchantés, comme pour toutes les productions de notre délégation des Alliances françaises que je remercie très sincèrement.

Enfin, je suis aussi convaincu que ce soir nous apprécierons particulièrement le cocktail puisque sous l’égide de mon épouse, le chef Didier a concocté des préparations typiquement françaises, dans le cadre de l’opération « Goût de France » , déjà réalisée l’an dernier dans le monde entier, opération qui vise à mettre à l’honneur dans plus de 1300 restaurants du monde entier, et dans 160 résidences de France, dont la nôtre, la cuisine française, inscrite au patrimoine immatériel de l’UNESCO, cuisine visant aujourd’hui à allier qualité gustative et respect de l’environnement.

Je signale qu’à Sainte Lucie, l’événement se poursuivra demain avec un repas spécialement conçu pour « Gout de France », dans 3 restaurants de l’île : le Sugar Beach et Jade Mountain à Soufrière, et le Calabash Resort, à Marisule, dont je salue la présence du chef ici ce soir. Je vous encourage donc vivement à aller demain soir nombreux dans l’un de ces restaurants : cela récompensera la créativité des chefs et vous profiterez sans aucun doute d’une dégustation de grande qualité et à des prix étudiés comparativement à la qualité !

Je remercie enfin l’Alliance française de Sainte-Lucie pour le travail toujours exemplaire accompli par son directeur (et Délégué Général), Bruno Stefani, et son équipe pour maintenir la francophonie au niveau où elle est, non seulement à Sainte Lucie, mais aussi dans l’ensemble du réseau de la caraïbe orientale.

Merci à vous cher Bruno pour tout ce que vous avez fait depuis ces 4 dernières années à sainte Lucie et dans les îles voisines pour donner une extraordinaire impulsion à la langue française, à l’éducation et à la culture. Merci aussi pour le soutien sans faille apporté à cette ambassade et à moi-même en particulier.

Un mot enfin pour remercier l’équipe de la résidence qui vous accueille ce soir, l’équipe de techniciens, avec une mention spéciale pour notre « chef d’orchestre » Roland Bergeron, et bien entendu mes collègues de l’ambassade, sans lesquels cet événement ne pourrait avoir lieu.

Dernière modification : 30/03/2016

Haut de page